Qu’est ce qu’une psychothérapie?

La première réponse simple et évidente est : La psychothérapie est un soin donné par un psychothérapeute pour solutionner un problème psychique. Très souvent le psychothérapeute, plongé dans les arcanes de l’inconscient, apparaît auréolé de prestige et exerçant un métier mystérieux.


Il faut démystifier : Une psychothérapie c’est avant tout une rencontre entre deux êtres humains, dont l’un, le psychothérapeute, est mis en place d’aider l’autre, le patient, dans sa démarche. Le psychothérapeute ne sait pas tout. Il ne sait pas rien non plus. Il est juste spécialisé dans son domaine comme le boulanger l’est pour faire du bon pain. C’est un praticien des troubles psychiques. Il a appris certains moyens pour les traiter. Au cours du premier entretien le thérapeute doit se présenter et dire honnêtement ses qualifications, son cursus, le type de travail qu’il propose et les conditions matérielles du traitement. Il est capital de se sentir profondément bien et en confiance avec lui. Si ce n’est pas le cas, il vaut mieux aller en voir un autre.

Les outils de la psychothérapie La psychothérapie utilise un des nombreux moyens développés par l’homme depuis bien longtemps. Et il y en a beaucoup. Les difficultés commencent. Le nombre de psychothérapies est grand, de l’ordre de 500. Mais rassurez-vous, même si chacune revendique ses spécificités, elles ne sont pas, dans le fond aussi nombreuses que ça, beaucoup ne sont que des copies ou des aménagements d’autres du même genre. Je ne vais, bien entendu, pas toutes vous les énumérer, mais vous dire plutôt de quel registre elles relèvent. Vous pourrez ainsi choisir celles qui vous interpellent le plus. Toutes les thérapies font intervenir l’inconscient, même si elles ne le revendiquent pas, pour la bonne et simple raison qu’il ne peut en être autrement. Une bonne partie des processus mentaux échappe à la conscience. On peut quand même distinguer 3 grands registres :

1 – Celles qui utilisent sciemment l’inconscient et ses mécanismes Les deux principales sont :

La première et la plus ancienne : l’hypnose. Son but n’est pas d’amener la personne à une conscience des phénomènes, mais de résoudre le problème posé. Son mécanisme principal est la suggestion. Elle est basée sur le fait qu’en toute personne existent des registres qui correspondent à différents états de perception, émotionnels et langagiers inter-reliés. Quand une personne se trouve dans cet état particulier, à la fois d’inconscience par rapport à la réflexion, et à la fois d’hypervigilance par rapport à l’attention et au ressenti, elle devient très réceptive aux inductions du thérapeute et peut ainsi, par exemple, contrer une douleur, échapper à un trouble et obtenir de meilleures performances. Jean-Martin Charcot, à la fin du 19ème siècle, en fit à l’hôpital des démonstrations spectaculaires. Bien plus tard, Milton Erickson en a profondément renouvelé la compréhension et accru les applications thérapeutiques. Le but de l’hypnose est la guérison des symptômes.

On retrouvera beaucoup de variantes plus ou moins déclarées de l’hypnose dont la sophrologie, le training autogène, le rêve éveillé etc. Je ne pense pas qu’il existe d’ailleurs une seule technique psychothérapeutique pour laquelle les processus de transe et de suggestion soient à ignorer y compris celles qui ont prétendu s’en démarquer. La transe et la suggestion sont parties intégrantes du quotidien humain.

La deuxième, la psychanalyse a été inventée par Freud pour éviter les injonctions hypnotiques et laisser les processus inconscients se dérouler d’eux-mêmes. Il faut dire qu’à son époque l’hypnose était d’un genre « musclé » : « Dormez je le veux » et ses résultats pas toujours probants. Basée sur l’expression langagière, la psychanalyse, à l’opposé, ne vise pas la guérison des symptômes, mais permet de développer une meilleure connaissance de soi en commençant par celle des processus inconscients tels qu’ils se révèlent entre autres par le lapsus ou l’acte manqué. En inventant les nombreux concepts de la psychanalyse, Freud fut le premier à donner un corpus théorique solide à la notion d’inconscient. Toutefois, grâce aux prises de conscience qui accompagnent le processus analytique des améliorations symptomatiques arrivent parfois. Allongé sur un divan pendant des années, à raison de 3 séances par semaine, d’au minimum ½ heure, écouté par un psychanalyste assis derrière lui sur un fauteuil le patient en psychanalyse parle, pleure ou se tait. La psychanalyse s’intéresse d’abord au sens des mots, révélateurs des processus inconscients. Elle concerne avant tout la pensée. La psychanalyse est un merveilleux moyen de réflexion sur soi-même et ne peut pas vraiment être classée, pour cela, dans le registre des psychothérapies dont le but est la guérison.

2 – Celles qui font intervenir le corps, la mise en situation, les décharges émotionnelles

Ce sont les plus nombreuses. On peut penser, par exemple, au psychodrame morénien, à la gestalt-thérapie, à l’analyse transactionnelle, etc. L’émotion et les processus de décharge de l’émotion sont privilégiés. Ce type de thérapie apporte effectivement souvent un grand soulagement et une plus grande confiance en soi. Toutefois, on peut observer que les processus de décharge émotionnelle, ou les processus cognitifs c’est-à-dire de meilleure connaissance de soi, sont souvent insuffisants à accompagner durablement une guérison, ce qui ne veut naturellement pas dire que ce type de thérapie ne puisse pas en revendiquer.

3 – Les thérapies comportementales et cognitives

L’EMDR s’inscrit, comme la PNL d’ailleurs, dans cette troisième catégorie conçue dans un sens large, puisqu’il existe des thérapies qui reprennent spécifiquement cette appellation. Même si pour le grand public l’EMDR est une thérapie-miracle où on fait bouger les yeux des patients, le spécialiste sait qu’en réalité cette méthode, relève d’un processus neuropsychologique très complexe sur lequel on ne sait aujourd’hui formuler que des hypothèses et pour lequel on est loin d’avoir la moindre certitude. Par certains aspects l’EMDR plonge ses racines dans la méditation. C’est dire si elles sont anciennes. Une partie de soi observe ce qui se passe dans l’autre partie, exactement comme dans cette vieille, mais toujours actuelle discipline. Aujourd’hui l’EMDR tend à devenir un mode thérapeutique privilégié pour le soin des troubles psychologiques. C’est pourquoi nous y consacrons un article complet dans l’onglet suivant.

Mettre en signet le permalien.


4 Réponses pour Qu’est ce qu’une psychothérapie?

  1. therese dit :

    Une personne proche agée de 30 ans est hospitalisée pour une dépression .
    L’E.M.D.R. pourrait’il l’aider à  s’en sortir?

  2. Modérateur dit :

    Merci, J’ai fait suivre votre message.

  3. Mentaliste dit :

    Ils e disent tous psychothérapeute… capable de faire des miracles
    mais en vérité ce ne sont juste des théories quine change rien !
    viens me soigner avec tes 5000 méthodes

  4. Pingback : La psychothérapie EMDR expliquée par l’anatomie psychique | EMDR Revue – Théorie et clinique thérapeutiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *